Tim Burton / Mars Attacks!
Published in
French Version
FRANCE
Korean Version
KOREA
Japan Version
JAPAN
Taiwan Version
TAIWAN
Spanish Version
SPAIN
Polish Version
POLAND
Russian Version
RUSSIA
English Version
U.K.

Home - Contact JAB

Lire aussi :
Tim Burton commente sa filmographie

Tim Burton sur Mars Attacks !  fax article PREMIERE Tim Burton sur Mars Attacks !  fax article PREMIERE Tim Burton sur Mars Attacks !  fax article PREMIERE Tim Burton sur Mars Attacks !  fax article PREMIERE

Tim Burton sur Mars Attacks !  fax article PREMIERE Tim Burton sur Mars Attacks !  fax article PREMIERE Logo Mars Attacks !

Tim Burton sur Mars Attacks!

Interview & Production : Jacques-André Bondy / Première
Photos & Production : Stéphane Sednaoui / Première

Mercredi 22 janvier 97. La nuit tombe sur Hollywood déjà gris sous l'orage. Le mythique Château-Marmont, tel le chateau du comte Dracula, surplombe toujours Sunset Boulevard. La pluie gouttant sur ses angles rappelle, au choix, l'antre de la famille Addams ou celle d'Edward aux mains d'argent. On comprend pourquoi Tim Burton et sa compagne et belle Martienne Lisa Marie y ont élu domicile. Nous débarquons avec quelques accessoires de Mars Attacks! "volés" dans l'après-midi à la Warner. Pendant le déchargement, Rosanna Arquette déboule avec son énorme 4x4 et manque de nous écrabouiller sans même s'en apercevoir.
Dans la cuisine, Lisa Marie se laisse maquiller, coiffer, pomponner pendant deux heures par ceux qui l'ont déjà transformée en Martienne pour Mars Attacks! Tim débarque enfin, avec leur chihuahua du Japon (lui aussi star dans le film). Les blagues fusent sur le quadrupède miniature arpentant hystériquement mais prudemment chaque recoin et chaque occupant de la pièce.
Un martien est suspendu au plafond, et la chaine HiFi, seule rescapée du chambardement, crache les remix métalliques de Björk sous les spots éblouissants, rouges, verts et blancs de Stéphane Sednaoui. Tim et Lisa s'assoient silencieusement devant une télé eteinte. Ils se sussurent des mots doux et se lancent des clins d'oeil.
La veille, Tim nous avait parlé de son dernier film, né d'une série de cartes à collectionner des années 60, l'occasion pour lui de conjuguer son talent de dessinateur (il a débuté chez Disney) avec sa sympathie pour "le plus mauvais réalisateur du monde" et héros de son film précédent: Ed Wood.

>>> SUITE >>>
-----------------------------------------

Droits de reproduction et de diffusion réservés pour tous supports © Jacques-André Bondy 1996 - 2004.
Acquérir des droits de reproduction pour cet article.